Pourquoi et comment sociabiliser ?

Qu'est-ce qu'un sauvageon ? Comment et pourquoi sociabiliser ?

Evolution
A gauche : Jarod à son arrivée, inquiet, compact, pupilles dilatées
A droite : Jarod après sociabilisation, l'air sûr de lui, se tenant droit


Parmi les chats qu'une association de protection animale est amenée à récupérer dans la rue, on rencontre 2 types de chats : les abandonnés et les sauvageons (la dénommination la plus appropriée est "chat haret").

Les abandonnés ont survécu tant bien que mal après avoir été jetés dehors, en général, même s'ils ont peur et ne se laissent pas approcher de prime abord, ils ne rêvent que d'une seule chose : retrouver un foyer.
Ces chats là sont rendus craintifs par la vie dans la rue, ils doivent parfois surmonter de lourds traumatismes liés à leur histoire, mais nous n'avons rien à leur apprendre, la patience et la douceur suffisent en général à les ramener parmi les humains.

Les sauvageons sont nés dehors, leurs mères elles-mêmes sont parfois sauvageonnes depuis plusieurs générations, ils sont littéralement des animaux sauvages au sens où tout ce qu'ils savent de l'homme, c'est que c'est une espèce dangereuse auprès de laquelle on peut grapiller de quoi survivre.
En clair, le sauvageon vit près des humains pour deux raisons : sa mère ou l'une de ses ancêtres était obligatoirement un chat domestique qui est restée sur son territoire quand elle a été abandonnée parce qu'elle ne savait où aller de toute manière, la proximité avec les humains lui permet de bénéficier de leurs déchets, poubelles, abris, cachettes et, parfois, de la bienveillance de l'un d'entre eux qui nourrit. Il ne faut en aucun cas partir du principe que tous les chats des rues peuvent devenir de véritables chats de maison.

Tous peuvent nous côtoyer, vivre sur notre territoire, dans nos maisons et profiter de notre confort, mais cela n'implique pas que nous puissions avoir avec eux un véritable échange.
Les associations qui gèrent les chats libres n'essaient d'ailleurs même pas de sociabiliser les sauvageons, elles les piègent, les font stériliser et identifier et les relâchent sur leur territoire sous la surveillance d'un nourrisseur.

Cependant, quand on est famille d'accueil, on peut pourtant être amené à devoir sociabiliser un chat ou un chaton parce que l'association qui l'a récupéré estime qu'il est impossible, pour sa sécurité, de le relâcher sur son territoire.
Sachant qu'un sauvageon ne peut absolument pas être transféré sur un territoire inconnu (il perdrait tous ses repères et disparaitrait probablement sans laisser de traces), si son territoire est trop dangereux pour envisager de le relâcher là où il vivait (cité mal famée, chantier de construction, aire de repos d'autoroute, etc), la seule option est de lui apprendre à vivre avec l'humain de manière à le rendre adoptable.
Le chemin que ce chat va devoir suivre pour intégrer la société des hommes passe par deux stades : socialisation puis sociabilisation.

SociaLIser consiste à faire comprendre que l'espèce humaine est une espèce amie, que nous ne représentons pas un danger et que nous sommes pourvoyeurs de confort, de nourriture et de sécurité.

SociaBILIser consiste à faire comprendre que le contact physique avec les membres de notre espèce est agréable et que le chat peut/doit rechercher ce contact.

Enoncé ainsi, vous comprenez immédiatement qu'il est assez simple de socialiser, beaucoup plus compliqué de sociabiliser.
En effet, la socialisation permet au chat de subvenir à tous ses besoins vitaux sans vivre dans la peur, il a donc tout intérêt à se laisser convaincre car elle lui facilite la vie.
La sociabilisation, par contre, ne sert a priori que nos intérêts humains et notre désir de proximité, d'amitié et d'interactions, le chat n'en a absolument pas besoin, il n'envisage même pas que le fait d'être touché par des mains humaines puisse procurer du plaisir. D'ailleurs, le sauvageon ignore la notion de plaisir, toute son existence est tournée vers la survie, cela implique de supprimer tout risque inutile, toute expérience dangereuse et de limiter ses efforts à la satisfaction des besoins vitaux, point-barre. Le sauvageon s'économise au maximum, il n'a aucune raison de faire quelque chose qui ne lui rapporte rien et qui, de surcroit, lui colle une trouille de tous les diables.

Par expérience, je dirais que, jusqu'à l'âge de 8 semaines sociabiliser un chaton est relativement simple ; entre 8 semaines et 4 mois, les choses se compliquent singulièrement ; au-delà de 4 mois, le résultat est totalement aléatoire, demande de toute manière du temps, de la patience et beaucoup d'investissement personnel.

Soyons parfaitement honnêtes, un chat adulte ne deviendra peut-être JAMAIS sociable, en tout cas pas au point de tenter un adoptant lambda.
Donc, quand vous choisissez de prendre en sociabilisation un chat adulte, assurez-vous que l'association aura une solution de prise en charge pour lui en cas d'échec ou acceptez l'idée qu'il restera peut-être en acceuil chez vous toute sa vie.
Si vous avez la place de l'héberger, ce n'est d'ailleurs pas un problème car les sauvageons simplement socialisés sont des chats faciles, qui ne demandent finalement qu'un abri et de la nourriture et qui s'entendent parfaitement avec leurs congénères. Je terminerai en ajoutant que, pour moi, une sociabilisation réussie est un pur bonheur. Savoir que l'on a changé le destin d'un chat errant, qu'on lui a offert un avenir, cela n'a pas de prix et justifie amplement tous les efforts, toutes les craintes, tous les moments de découragement.

Pour plus d'info, voici ma propre méthode de prise en charge des ultra-craintifs et sauvageons : clic

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

Michel Mazin
  • 1. Michel Mazin | 05/12/2015
Très intéressant. Je profite de ce message pour rendre une fois de plus hommage au travail remarquable des familles d'accueil sans qui bien des sauvageons n'auraient pas été adoptables et qui acceptent de se dévouer à des animaux qui leur seront enlevés ensuite. Quelle générosité et quel courage, ce sont de vrais amoureux des animaux :) .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×