Comment sociabiliser un sauvageon ?

Assez régulièrement, on me demande comment faire pour sociabiliser un chat trèèèès craintif ou même sauvageon.

Je sais que certains préfèrent laisser faire le temps, ne pas intervenir et laisser le chat progresser à son rythme. Ce n'est pas mon cas, sans doute parce que mon tempérament un peu brusque me porte davantage vers l'action qu'il ne m'incite à la patience.
Je vais donc décrire ici ma méthode personnelle de sociabilisation.
Je ne prétend pas qu'elle fonctionne mieux que les autres, mais elle fonctionne bien.
Chacun est libre de suivre d'autres voies et si tu es un habitué de la sociabilisation de chats, je serai vraiment heureuse que tu me fasses partager ta propre expérience.

Ma méthode, je l'appelle le "harcèlement bienveillant", car c'est ce que je fais : je harcèle, gentiment hein, mais je fais franchement mon boulet.

Tout d'abord, il faut à tout prix limiter le territoire du chat à une seule petite pièce sans vraie cachette possible pour lui. S'il peut se planquer, il pourrait bien passer de longues semaines à esquiver tout contact, ne se faufilant hors de ses cachettes que pour manger ou aller dans sa litière et peut-être attendra t-il que les humains dorment pour sortir.

Tu vas me dire que le chat sera mal à l'aise, qu'il aura peur, qu'il va devoir beaucoup prendre sur lui, que c'est difficile, voire cruel pour lui... Sans doute. Mais un chat qui a peur de l'humain a en général d'excellentes raisons et ce n'est pas en lui permettant de nous éviter qu'il prendra conscience du fait que nous sommes également source de satisfactions.

Il va devoir aller contre tout ce que lui hurle son instinct en matière de prudence, parfois même contre tout ce que sa mère lui a enseigné lors de l'apprentissage de la survie : il va devoir accorder sa confiance à des individus appartenant à l'une des espèces les plus dangereuses qui soient. Alors, oui, la sociabilisation est forcément source de stress pour lui et la seule alternative est de ne pas prendre un chat craintif ou sauvageon même si la vie de trouille et de méfiance qui l'attend ne risque pas non plus d'être un chemin de roses.

Tout d'abord, je n'hésite pas à lui laisser 8 à 10 jours de tranquillité pendant lesquels je lui fiche la paix, je le laisse prendre conscience de son environnement, il peut observer, écouter, sentir.

Ensuite, chaque jour, je m'enferme avec le chat dans "sa" pièce. Je commence par m'assoir pour ne pas avoir l'air trop impressionnante et je le regarde à la dérobée en lui parlant doucement mais sans arrêt.

En général, le chat commence par être tétanisé dans un coin, je fais comme si c'était normal.
Au bout d'un moment, si le chat ne bouge pas, je m'approche, je me rassois et je continue la discussion.
(Ne pas hésiter à prendre un bouquin pour lire à voix haute parce que, sinon, ça risque d'être un peu difficile de trouver des choses à dire pendant 10-15 minutes !)
Si le chat se déplace en me voyant approcher, je le laisse se réinstaller, j'attends un peu puis je me re-déplace également pour m'en rapprocher.
Chaque fois que le chat passe à proximité, je tends la main doucement pour tenter de le toucher, jamais au dessus de sa tête, seulement sur le côté.

Au bout d'environ 10-15 minutes, je le laisse tranquille, je repars comme si de rien n'était.
Je fais ça autant de jours qu'il le faut jusqu'à ce que la trouille soit remplacée par la curiosité. En gros, jusqu'à ce que les oreilles rabattues sur le crane et les pupilles dilatées soient remplacées par un regard interrogatif-intéressé et des oreilles qui s'orientent vers moi.

Quand la curiosité et la prudence ont remplacé la peur, j'enclenche la deuxième phase qui consiste à toucher le chat.
Je m'en approche et, chaque fois qu'il passe à proximité pour me fuir, je tends la main pour le toucher sournoisement.
En clair : j'approche, il fuit, je le frôle au passage, je le laisse se détendre, je m'approche à nouveau, il fuit, je le frôle, etc...

Je fais ça chaque jour jusqu'à ce qu'il s'enfuit moins vite et avec moins de conviction. Jusqu'à ce que la situation ressemble presque plus à un jeu d'évitement qu'à une vraie fuite.

Ce sont la encore de courtes séances de 10-15 minutes après lesquelles je repars sans insister d'avantage, sans chercher à "réussir" en une fois.

Dès que le chat admet le contact, c'est quasiment gagné. Soit c'est un craintif abandonné et il va se souvenir du plaisir des caresses, soit c'est un sauvageon et il va apprendre lentement.
Je caresse toujours les joues et le cou car ce sont les zones préférées des chats et, à mon avis, le seul endroit que tous tolèrent (contrairement au dos, au crane, ou pire, au ventre !)

Ensuite, je ne relâche pas mes efforts, je continue en caressant de plus en plus souvent. Quand je le sens devenir demandeur lui-même je finis par ouvrir la porte de la pièce en laissant le chat choisir de partir ou de rester. S'il part, je n'insiste pas et, dès le lendemain, je m'arrangerai pour l'enfermer à nouveau avec moi. S'il reste, je termine mes 10 minutes et je m'en vais, même si lui est toujours disposé aux caresses, mais je laisse également la porte ouverte.

Un beau jour, c'est lui qui s'approche, qui demande, qui te touche et, ce jour là, c'est gagné. Il suffira ensuite de l'amener doucement à comprendre que les caresses peuvent aussi être données hors de la pièce en le frôlant même quand il se trouve à d'autres endroits.

Rien n'empêche, tout au long du processus, de renforcer la notion de plaisir par des "friandises" (morceau de thon ou de poulet, crevettes, etc.).

Selon le degré de crainte du chat, cette méthode va te prendre plus ou moins longtemps, mais elle m'a permis de passer des photos de gauche aux photos de droite :

 

Je pense qu'au départ, les chats acceptent ma présence et le contact par lassitude/soumission, mais que, quand ils comprennent le bénéfice/plaisir qu'ils peuvent en retirer, ils s'adaptent vite à ce nouveau comportement.

La règle est simple : patience, calme, amour, douceur, compréhension, volonté. Je ne peux pas promettre que cela en fera un chat câlin ou tendre, il sera comme il voudra, mais je pense que cela en fera un chat détendu et heureux de pouvoir profiter de sa vie sans crainte.

6 votes. Moyenne 4.67 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×