Errant ? Abandonné ? Sauvage ? Craintif ?

Pour moi il y a trois catégories de chats dans la rue : les chats de maison qui sortent (et parfois se perdent),  les chats abandonnés ou perdus dont la  durée de survie est en général très courte (surtout s'ils vivaient auparavant en appartement) et les sauvageons qui sont nés dehors.

Comment savoir à quel type de chat on à affaire, comment savoir s'il a besoin d'aide ?

Le chat de maison qui sort :

S'il est sociable, il se peut qu'il vienne quémander quelques caresses, de l'attention, un peu de nourriture mais il se goinfre rarement pour une raison simple : il n'a pas faim, il est déjà nourri ailleurs.
Certains chats se choisissent un second foyer, ou même plusieurs, où ils savent qu'ils seront accueillis amicalement et n'hésitent pas à profiter des avantages de chacun selon les jours et heures de disponibilité des habitants humains des lieux.
En clair, alors que certains chats n'ont même pas un abri, certains autres ont des résidences secondaires !

S'il n'est pas très sociable, vous l'apercevrez de temps en temps, sachant saisir les opportunités "alimentaires" mais sans pour autant sembler craintif, il se tient à distance et ne cherche pas spécialement le contact.

L'abandonné / le perdu :

S'il est sociable, que l'abandon est récent et qu'il n'a pas encore eu à subir les dangers et violences de la rue, le chat abandonné rapplique dès que vous faites mine de vous intéresser un tant soit peu à lui. Un chat qui arrive en trottinant quand vous l'appelez ou même le regardez avec un peu d'insistance et qui ne vous lâche pas quand vous essayez de vous éloigner est presque à coup sur un chat abandonné ou perdu qui cherche de l'aide auprès des membres de l'espèce qui lui ont toujours fourni gite et couvert et sans lesquels il ne sait pas du tout se débrouiller.

La toute première chose à faire avec un tel chat est de le mettre à l'abri car dans la rue, ses chances de survie sont proches du zéro absolu : il ne sait pas chasser, il ne peut pas trouver sa nourriture, il n'est pas méfiant ni prudent, il ne connait même pas les dangers de la circulation automobile s'il a vécu en appartement, il ne connait pas les codes félins pour pouvoir côtoyer les chats errants et ignore tout de la dangerosité des humains, bref, il sera probablement mort dans les 72 heures.

S'il est craintif, l'abandonné aura tendance à se terrer, à se cacher. Si vous l'apercevez, blotti dans un buisson, sous une voiture, dans n'importe quelle cachette dérisoire, le mieux est d'abord de vous assoir par terre car debout, vous êtes effrayant. Vous ne le regardez pas directement et surtout pas dans les yeux car en langage félin, c'est une menace ou une provocation, mais vous n'hésitez pas à lui parler calmement sans élever la voix.
Il vaut mieux être bien assis et très détendu car le chat craintif peut mettre très longtemps à approcher. Il a peur, il n'a aucune raison de vous faire confiance et il pourrait même avoir déjà appris à ses dépends que l'humain est parfois sournois.
Personnellement, j'ai toujours un petit sachet de croquettes dans mon sac et c'est très efficace pour prouver mes bonnes intentions.

Quoi qu'il arrive, ne perdez pas le chat de vue, si vous voulez le nourrir, téléphonez à une personne qui pourra vous apporter le nécessaire mais ne quittez pas l'animal, le craintif, ignorant que vous voulez lui venir en aide, pourrait saisir l'occasion pour changer de cachette et vous le perdriez.

Qu'il soit sociable ou craintif, vous allez devoir le ramener chez vous. Donc, vous le prenez dans vos bras s'il accepte, vous le faite entrer dans une caisse de transport si par miracle vous en avez une sous la main ou que quelqu'un peut vous en apporter une (quitte à l'y attirer avec un chemin de nourriture) ou vous le laissez vous suivre jusqu'à chez vous.
Vous le placez bien sur à l'isolement si vous avez d'autres animaux et surtout d'autres chats.

Vous lui donnez d'abord eau et nourriture, vous le caressez s'il apprécie afin de le rassurer un peu, vous le laissez se détendre. Ensuite, il faudra l'emmener chez un vétérinaire pour vérifier la présence d'un tatouage (ça vous pouvez déjà le voir) et surtout pour vérifier s'il porte une puce (ça, vous ne pouvez pas le savoir). Cette vérification est totalement gratuite, n'importe quel vétérinaire la fera pour vous même s'il ne vous connait pas.

Si l'animal est identifié (Voir "Pourquoi faire tatouer son chat ?"), le vétérinaire obtiendra sans problème les coordonnées de son propriétaire qu'il vous transmettra ou qu'il se chargera de contacter si le propriétaire à interdit la diffusion de ses coordonnées (ce qui à mon avis est idiot, mais ce n'est pas le sujet !). Certains vétérinaires gardent les animaux identifiés pour les restituer eux-mêmes à leur propriétaire mais dans la plupart des cas, il vous faudra héberger l'animal.

Si le chat n'est pas identifié, à vous de voir si vous voulez effectuer des recherches vous-même, si vous décidez de l'adopter, si vous voulez lui chercher des adoptants, si vous préférez le confier à un refuge ou à une association (mais JAMAIS à une fourrière car il serait euthanasié au bout de 8 jours)...

Le sauvageon :

Les sauvageons sont nés de chattes qui peuvent être elles-même des sauvageonnes, des chattes abandonnées ou perdues ou des chattes de maison qu'on laisse se reproduire mais dont on refuse de gérer les portées.

Le sauvageon ne s'approchera jamais de vous, il saura profiter de la nourriture que vous lui laissez à disposition, prendra le risque de s'approcher s'il a très faim, que vous le nourrissez régulièrement et que vous bougez le moins possible. La plupart du temps il vous regardera remplir la gamelle et attendra que vous vous éloigniez pour venir s'alimenter, même s'il crève de faim.

Le sauvageon est en quelque sorte un animal "sauvage", son éducation, sa vie, son histoire, lui ont apprit que l'homme représente un danger, son instinct de survie le maintient sur la défensive en permanence, il n'a aucune envie de contact "humain" car l'humain le terrorise (souvent à juste titre !) et que les mains humaines représentent le piège, la souffrance, les coups.

S'emparer de force d'un chat sauvageon, même jeune, avec l'envie généreuse de lui offrir un foyer peut être une très mauvaise idée.
Certains chatons sauvageons ne se sociabilisent jamais. Parfois, leur mère elle-même sauvageonne a déjà installé dans leur tête tous les verrous qui leur permettront de se protéger des humains mais leur interdiront le contact physique avec notre espèce.
Si vous voulez vraiment sauver un chat, il y a des milliers d'animaux sociables qui attendent un foyer dans les refuges, des animaux quelquefois craintifs mais qui ne demandent qu'à partager nos vies pour peu que l'on se montre un peu patient, il serait triste de condamner un animal sauvage à une vie de prisonnier quand d'autres ne demandent qu'à entrer dans nos cages dorées !

Vous pouvez bien sur, avec une infinie patience et beaucoup de douceur, en le nourrissant pendant des semaines, des mois, voire des années, nouer une relation de confiance avec un sauvageon qui vous permettra de l'approcher et peut-être même de le toucher mais c'est une relation qui vaut exclusivement pour la personne qui le nourrit et qui engage le nourrisseur car, comme dit le Renard au Petit Prince : "Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé".

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×