Mon chat pisse partout, que faire ?

"Mon chat était propre, il utilisait bien sa litière mais, depuis quelques temps, il s'est mis à pisser partout, on dirait qu'il le fait exprès pour nous embêter, on a beau l'engueuler, le punir, il continue, on ne comprend pas pourquoi il fait ça".

De très nombreux propriétaires de chats (mâles ou femelles) sont confrontés à ce problème de malpropreté un jour ou l'autre.

Ce n'est pas anodin et il faut agir très rapidement.
Attention, je ne parle pas là du très jeune chaton qui jouait comme un fou à l'autre bout de la maison et qui n'a pas eu le temps d'arriver à la litière quand l'envie d'uriner s'est faite sentir, je parle du chat sympa qui a toujours été parfaitement propre et qui se met à pisser sur le canapé, le lit, nos vêtements, les murs, etc.

Inutile de faire de l'anthropomorphisme : le chat ne se venge pas, il n'agit pas ainsi parce qu'il est vexé ou pour nous nuire, s'il était capable de tels raisonnements, il s'arrangerait pour nous pourrir la vie d'une manière qui ne le désignerait pas immédiatement comme le coupable.

Il faut donc tout d'abord identifier l'origine du problème, puis le régler.


Premièrement :
C'est totalement incontournable, il faut prendre rendez-vous pour une visite chez le vétérinaire afin de vérifier que ces "pipis" n'ont pas pour origine un problème urinaire.


Deuxièmement :
Si le chat n'a aucun problème de santé, une question se pose : est-il castré ?
Un chat sous imprégnation hormonale finira TOUJOURS par marquer son territoire, et certaines femelles ont également ce comportement. L'urine de chat non castré a, de surcroit, une odeur bien plus puissante que l'urine de chat castré car c'est le principe même du marquage que d'indiquer clairement à tous les autres chats du quartier que le territoire appartient déjà à un congénère.

Les mâles sont évidemment beaucoup plus sujets au marquage, mais certaines femelles le font aussi, il faut en tenir compte.

N'oubliez pas que le taux d'hormones dans l'organisme peut mettre 3 à 4 semaines à baisser et que les pipis pourront donc durer encore un bon mois après l'opération. Inutile de s'énerver, il faut prendre son mal en patience.

Attention, il ne faut jamais tarder à faire castrer/stériliser car il peut arriver qu'un comportement de marquage perdure malgré la castration s'il a eu le temps de s'installer.



Troisièmement :
Si le chat n'a aucun problème de santé, qu'il est stérilisé depuis plus d'un mois, et qu'il a toujours été propre, le problème est manifestement comportemental.

Il va falloir trouver l'origine du problème, même si ce n'est pas toujours évident. La malpropreté est un signe de mal-être, de stress, d'inquiétude qui peut être généré par un élément de l'environnement, un changement d'habitudes, une modification des rythmes de vie, l'introduction d'un nouvel animal ou d'un nouvel humain, etc.

Avant toute chose donc, il faut retrouver le moment ou la malpropreté à débuté et se creuser la mémoire pour identifier l'élément déclencheur.
Ca peut-être quelque chose d'aussi évident qu'un déménagement, quelque chose de moins flagrant comme un changement de marque de litière, ou quelque chose d'encore plus subtil comme des travaux de voirie dans la rue qui génèrent un bruit permanent et inhabituel.
Bref, n'importe quel changement, si infime soit-il, peut-être l'élément déclencheur.

En règle générale, le simple fait de supprimer l'élément perturbateur met fin aux pipis, mais ce n'est pas toujours possible et ne dépend pas toujours de nous.

Quand il est impossible de revenir à la situation antérieure (déménagement, naissance d'un enfant, etc...) il va falloir permettre au chat de reprendre tranquilement ses marques pour espérer le voir cesser d'uriner partout.

Avant tout, comme je l'ai déjà dit, il n'agit pas ainsi pour nous embêter, il agit ainsi parce qu'il se sent mal et qu'il éprouve le besoin de diffuser son urine dont l'odeur le rassure.
Sachant cela, il est évident que le fait de se fâcher, de se mettre en colère, de le punir, ou pire, de le frapper, aura très exactement l'effet inverse de celui escompté : non seulement il ne va pas comprendre notre fureur mais, notre agressivité s'ajoutant à l'élément qui l'inquiétait déjà, les pipis risquent même de redoubler. On entre alors dans un cercle infernal dont il sera très difficile de sortir.

Ce qu'il convient de faire donc :

1. Supprimer l'élément perturbateur quand c'est possible : reprendre l'ancienne marque de litière, remettre les meubles à leur ancienne place, etc...

2. Installer des diffuseurs de phéromones apaisantes (Feliway), vaporiser du spray à l'herbe à chat ou des phéromones, ne surtout pas modifier notre attitude envers le chat en le plaignant ou en tentant de le rassurer, cela ne ferait que confirmer ses craintes, il en déduira que, si nous éprouvons le besoin d'être rassurants, c'est qu'il a de bonnes raisons d'être inquiet.

3. Si l'application des deux points précédents est impossible ou ne fonctionne pas, il va falloir procéder par étapes.
En premier lieu, il faut restreindre le territoire du chat en limitant son espace vital à une seule pièce. Il ne s'agit nullement de l'isoler de la famille ou de le "punir", mais de lui proposer un espace qu'il n'aura aucun mal à s'approprier et à surveiller. Il n'est pas question de l'y laisser seul, il faut y passer du temps avec lui, l'y installer confortablement avec toutes ses affaires, y compris jouets et griffoirs et, bien sur, son bac à litière.
Le chat devra rester dans cette pièce jusqu'à ce qu'il se soit calmé et qu'il utilise à nouveau exclusivement la litière.
Dès que le comportement de marquage disparait, on peut commencer à lui permettre l'accès à une autre partie de la maison tout en le remettant dans "sa" pièce la nuit et pendant nos absences du domicile.
Patiemment, on lui permet de se promener à nouveau sur tout son territoire en se le réappropriant peu à peu.
Au moindre dérapage, on ralentit, on bloque la progression du processus.


Cette méthode fonctionne plutôt bien à condition de s'y tenir et de rester parfaitement cohérent. Rien n'inquiète plus nos animaux que des comportements instables, surtout nos chats qui sont des animaux franchement routiniers.

Donc, quelle que soit l'origine du problème, les seuls points
incontournables à retenir sont :

  • le chat ne le fait pas exprès pour nous embêter,
  • s'énerver ne fera qu'aggraver la situation.

 

Bon courage à tous ceux qui rencontrent le problème, c'est sans doute un des plus perturbants, un de ceux qui parviennent à nous faire prendre en grippe ce compagnon que nous aimons tellement.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

Boisgard L.
  • 1. Boisgard L. | 13/09/2015
Bonjour,

J'ai des chats depuis de nombreuses années et j'approuve totalement votre article. Toutefois, je suis confrontée à ce problème depuis environ 2 mois, date de l'arrivée d'un chaton trouvé sur la route.

L'inconvénient chez moi, c'est qu'il y a 11 chats. En journée ils ont accès dehors mais je les rentre le soir et j'ignore quel est celui qui urine partout car cela ne se passe que la nuit !! J'ai essayé divers produits (feliway, stop urine...) mais rien n'y fait malgré le fait que je n'ai rien changé à mes habitudes ni à la façon dont je m'occupe de toute cette petite famille.

Autre souci : impossible de séparer mes chats pour trouver le coupable car la maison n'est pas grande et je ne peux pas dispatcher les gamelles et les litières dans plusieurs pièces.

Je n'ai jamais eu ce problème avant alors que ce n'est évidemment pas la 1ere fois que j'accueille un nouveau chat. Une idée ? Merci :)
latribuvelue
  • 2. latribuvelue (site web) | 13/09/2015
Effectivement, il faut déjà repérer le "coupable".
Je comprend que vous ne puissiez pas les isoler tous la même nuit, mais vous pourriez peut-être les isoler chacun leur tour ?
11 chats, 11 jours... ou moins si vous avez de la chance et que le premier que vous isolez s'avère être le pisseur.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×