Pourquoi faut-il faire tatouer son chat ?

Il est plus que temps que j'aborde une question qui déclenche sans arrêt des polémiques sur divers forums : pourquoi est-il impératif de faire identifier par puce ou tatouage un chat ou un chien que l'on vend ou donne ?

La première réponse qui vient à l'esprit est : parce que c'est la loi ("Loi du 6 janvier 1999 - Art. 276-2.*
Tous les chiens et chats, préalablement à leur cession, à titre gratuit ou onéreux, sont identifiés par un procédé agréé par le ministre de l'agriculture. [...] L'identification est à la charge du cédant
.") et que ne pas le faire nous rend passible d'une amende.

Mais, ça, c'est la théorie, la réalité est que sur les centaines de portées écoulées par des particuliers peu scrupuleux, 99% (au moins !) des petits ne sont pas identifiés avant la cession, que personne ne vérifie, qu'un grand nombre de site de petites annonces n'exige même pas qu'il en soit fait mention et que tout le monde s'en fout, considérant, au mieux, qu'il s'agit d'une formalité inutile et coûteuse, au pire, que ce sera un frein pour fourguer les petits.

Sachant qu'en plus, la puce coûte plus cher que le tatouage mais que le tatouage nécessite une anesthésie qu'on ne peut pratiquer sur un animal de moins d'un kilo et que cela implique donc qu'on ne pourra probablement pas se débarrasser des petits avant la fin du sevrage (dont on se fiche également), les plus je-m'en-foutistes des faiseurs de miséreux s'auto-dispensent de cette obligation sous des prétextes plus ou moins fallacieux, refilant à des adoptants naïfs des animaux sans papiers

La vraie réponse serait donc : parce que c'est la seule minuscule protection dont dispose un animal.

Sans identification, un animal n'a pas de propriétaire officiel, point-barre. Tu peux vivre avec lui pendant des années, l'aimer, le nourrir, le soigner, s'il n'est pas identifié, il ne t'appartient pas et quiconque souhaite le faire identifier à son nom peut le faire, il ne te restera que les yeux pour pleurer.
Ensuite, selon le même principe, si ton animal s'égare, s'enfuit, fugue, etc.., même s'il est retrouvé et pris en charge par une bonne âme, tu n'auras aucun moyen de le savoir et la personne qui s'en occupe n'aura absolument aucun moyen de te retrouver pour te le restituer. Toute l'année, nous trouvons dans la rue des chats errants qui sont sociables et ne sont clairement pas nés dehors, la grande majorité d'entre eux a été abandonnée, mais certains d'entre eux sont seulement perdus et, sans identification, nous ne pourrons jamais les ramener chez eux.

Là, j'aborde le problème sous l'angle le plus optimiste : le chat s'égare puis il est trouvé par une personne compatissante qui décide de le garder, de le confier à un refuge ou de le faire adopter. Bien sur, son premier "propriétaire" pleurera, l'attendra en vain, le cherchera sans doute, parviendra plus ou moins à en faire son deuil sans jamais savoir ce qu'il est advenu de lui, mais le chat, lui, sera choyé par un nouvel humain.

Comme les personnes qui décident de ramasser un animal désespéré et de s'en occuper ne sont pas légion et que la grande majorité de mes congénères préfèrent détourner le regard du problème, même si le chat ou le chien les suit en les implorant, l'animal non identifié, s'il n'est pas mort dans les tous premiers jours de son errance, sera alors ramassé par la fourrière. Qu'arrivera t-il alors ? C'est très simple : puisqu'il est impossible d'identifier son "propriétaire" et que personne ne sera donc contacté pour venir sortir l'animal de sa cage, il sera exécuté à la fin du délai de garde de 8 jours.

Voilà pourquoi, quand on adopte un animal chez des particuliers qui ne l'ont pas fait identifier (ce qui est un tort, mais c'est un autre débat), il est impératif de le faire faire immédiatement.

Voilà pourquoi, surtout, quand on a été assez égoïste pour faire faire une portée à sa chatte ou à sa chienne dans un monde où la surpopulation animale génère une misère insoutenable, on n'a pas le droit de lâcher dans la nature des petits sans même leur donner une existence légale.

Quand on distribue à n'importe qui des petits nés chez soi sans les faire identifier, cela signifie tout simplement qu'on se fiche éperdument de leur avenir.
Il est alors inutile de venir ensuite prétendre, avec du miel dans la voix, qu'on aime les animaux, inutile également de venir couiner parce que quelqu'un a osé vous faire remarquer l'irresponsabilité et l'égoïsme de cette attitude.


* Ce qui change à partir de janvier 2012 :

Depuis la loi du 6 janvier 1999, tous les chiens de plus de 8 semaines devaient être identifiés par tatouage ou puce électronique mais, pour les chats, ce n'était obligatoire que préalablement à leur cession. Cela signifie qu'un chat récupéré dans la rue ou né à la maison pouvait très bien ne pas être identifié tant qu'on ne le donnait pas.

Cette loi vient d'être modifiée (il était temps !) par la
loi du 17 mai 2011 (loi n°2011-525 du 17 mai 2011 - art. 28).


Elle est maintenant formulée ainsi :

« Les chiens et chats, préalablement à leur cession, à titre gratuit ou onéreux, sont identifiés par un procédé agréé par le ministre chargé de l'agriculture mis en œuvre par les personnes qu'il habilite à cet effet. Il en est de même, en dehors de toute cession, pour les chiens nés après le 6 janvier 1999 âgés de plus de quatre mois et pour les chats de plus de sept mois nés après le 1er janvier 2012. L'identification est à la charge du cédant.

 

Dans les départements officiellement déclarés infectés de rage, l'identification est obligatoire pour tous les carnivores domestiques »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×