Donner oui, mais pas à n'importe qui

Escrocsnet

Pas un jour sur Facebook sans que des appels aux dons n'arrivent sur nos murs.

Des associations, des bénévoles, prennent en charge des animaux qui nécessitent parfois des soins lourds et imposent des dépenses imprévues à des trésoreries souvent déjà exsangues.

Ces appels au secours nous touchent en plein cœur, les photos de ces animaux brisés dont la survie dépend de quelques centaines d'euros nous bouleversent.
Il y a ces plaies béantes, ces tumeurs disproportionnées, ces membres fracturés,... Ces images nous feraient même horreur s'il n'y avait ces regards implorants ou résignés, ces yeux hantés par la souffrance.
On veut aider, envoyer les quelques euros qui, ajoutés les uns aux autres, rendront leur lumière à ces regards éteints.

Le problème, c'est qu'avec le temps, on s'aperçoit que ce monde généreux de la protection animale auquel on croit appartenir attire aussi ses profiteurs, ses escrocs, ses manipulateurs.

Comment faire pour ne pas remplir les poches d'un margoulin ?

Si l'appel aux dons est lancé par une association, vérifiez qu'elle est bien enregistrée au Répertoire National des Associations (RNA).
Elle a forcément un numéro d'enregistrement qui doit être mentionné sur son site ou sa page Facebook. En tapant ce numéro sur n'importe quel moteur de recherche, vous devez atterrir sur la page du Journal Officiel mentionnant cet enregistrement.

Le fait d'être une association officiellement déclarée n'est évidemment pas un gage suffisant d'honnêteté ou de sérieux. En France, n'importe qui peut créer une association loi 1901 en quelques heures sans avoir à prouver quoi que ce soit.

Sachez qu'un appel aux dons doit TOUJOURS être accompagné de copies des devis ou des factures, documents qui doivent évidemment être détaillés, mentionner éventuellement le nom du prestataire mais obligatoirement le nom de l'association et l'identification de l'animal s'il s'agit de soins vétérinaires par exemple.

L'appel aux dons doit impérativement mentionner un montant précis et la destination exacte des dons. Les donateurs doivent être informés régulièrement du montant de la cagnotte et l'appel aux dons doit être clôturé dès que la somme demandée est atteinte.

Quelques points de simple bon sens :

En tant que donateur potentiel, si des justificatifs n'ont pas été spontanément communiqués avec l'appel aux dons, n'hésitez pas à les demander. Un protecteur ou une association honnête ne refusera jamais de les présenter.
Par ailleurs, demander à voir les statuts de l'association n'est pas une demande indécente, comme certains truands aimeraient le faire croire.

Si les documents présentés ne vous semblent pas convaincants, saisissez le nom de l'association sur n'importe quel moteur de recherche et farfouillez, documentez-vous, enquêtez, interrogez vos contacts fiables.
Vous avez des doutes sur la réalité de l'appel aux dons ou l'éthique de l'association ? Fuyez ! Des centaines de structures honnêtes et dévouées ont besoin d'argent, ne prenez pas le risque de donner à quelqu'un qui ne vous inspire pas confiance.

Chaque fois qu'en réponse à vos questions, on vous oppose un refus, on vous prend de haut, on tente de noyer le poisson en ne répondant pas directement, on vous attaque même, on vous menace, on vous culpabilise, fuyez et communiquez immédiatement le nom du margoulin à vos contacts pour les mettre en garde.

 

En règle générale, une association ou une personne qui n'agit pas en toute transparence devrait vous inciter à la plus grande prudence.
Ce n'est pas toujours agréable d'avoir à se justifier, on aimerait tous être considérés spontanément comme des personnes honnêtes et sincères mais, quand on fait appel à la générosité publique, c'est pourtant la moindre des politesses.

Certains donateurs, par prudence, choisissent aussi de régler directement le vétérinaire ou le fournisseur, d'offrir plutôt des dons en nature, tout est possible, l'essentiel est que vos dons soient réellement utilisés pour la cause que vous avez décidé de soutenir et n'aillent pas enrichir une personne ou une structure douteuse alors que tant d'autres font un travail formidable et méritent votre soutien.

Vous êtes libres de donner à qui bon vous semble, mais n'oubliez pas qu'en matière de protection animale où une poignée d'euros peuvent faire la différence entre vivre et mourir, il vaut mieux être un emmerdeur qu'un pigeon.

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

béatrice
  • 1. béatrice | 26/09/2015

Très bien écrit ... Un article à lire et relire sans modération ... pour éviter de se faire avoir ... et pour savoir donner dans la bonne direction.

PS - Faites-moi plaisir : corrigez ce vilain "acceuil" que vous avez laissé passer sur la première page ... dans la liste des rubriques :)

latribuvelue
  • 2. latribuvelue (site web) | 27/09/2015

Merci.
Je corrige de suite !

Dani et ses chats
  • 3. Dani et ses chats (site web) | 28/09/2015

Tout à fait d'accord avec toi !
Il faut toujours se renseigner quand on ne connait pas.
Si don, preuves à l'appui derrière pour la dépense de l'argent.
Je trouve ça tout à fait normal moi.
Chatmitiés
Dani
http://leschatsdubocage.blogspot.fr/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×